Pensée du 21 décembre 16

« De fait, ce qui constitue le bien commun de la société politique, ce n’est pas seulement l’ensemble des biens et services d’utilité publique ou d’intérêt national (routes, ponts, écoles, etc.) que suppose l’organisation de la vie sociale, ni les bonnes finances de l’Etat, ni la puissance militaire. Ce n’est pas non plus seulement le réseau de justes lois, de bonnes coutumes et de sages institutions, ni l’héritage des grands souvenirs historiques, des symboles, des traditions vivantes et des trésors de culture. Le bien commun comprend tous ces éléments mais bien plus encore, et de plus profonds, de plus humains. Il enveloppe aussi et avant tout la somme ou l’intégration sociologique de tout ce qui concerne la conscience civique, les vertus politiques, le sens du droit et de la liberté ; et tout ce qu’il y a d’activités, de prospérité matérielle et de richesses de l’esprit, de sagesse, de rectitude morale, de justice, d’amitié, de bonheur, selon que tout cela est communicable, et aide chacun à améliorer sa vie et sa liberté de personne. »

R. Mawuto AFAN, Les masques du pouvoir politique en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2010.

______________________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :