Pensée du 22 novembre 16

« Longtemps, à la réflexion des philosophes, cette notion de bien commun apparaît comme la clef de voûte de tout édifice social. Puis, lorsque le citoyen eut pris conscience des droits qui sont l’apanage de la nature humaine, elle fut détrônée et rentra dans l’ombre. Aujourd’hui, elle commence à sortir de l’oubli où elle était tombée. Mais ceux-là mêmes, juristes, philosophes et théologiens, qui la poussent le plus vers les honneurs nouveaux, ne la présentent d’ordinaire que sous les habits dont la cape remonte au XIIIe siècle. Accoutrement qui rend malaisée son ascension.»

GEORGES FESSARD, Autorité et bien commun, Aubier-Montaigne, Paris, 1969, p. 8.

_________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :