Pensée du 06 novembre 16

« Pour des raisons essentielles : l’unité de tout ce qui se laisse viser aujourd’hui à travers les concepts les plus divers de la science et de l’écriture est au principe, plus ou moins secrètement, mais toujours, déterminée par une époque historico-métaphysique dont nous ne faisons qu’entrevoir la clôture. Nous ne disons pas la fin. L’idée de science et l’idée d’écriture — donc aussi de science de l’écriture — n’ont de sens pour nous que depuis une origine et à l’intérieur d’un monde auxquels ont déjà été assignés un certain concept du signe (nous dirons plus loin le concept de signe) et un certain concept des rapports entre parole et écriture. Rapport très déterminé malgré son privilège, malgré sa nécessité et l’ouverture de champ qu’il a réglée durant quelques millénaires, surtout en Occident, au point d’y pouvoir aujourd’hui produire sa dislocation et dénoncer lui-même ses limites. »

Jacques Derrida, De la Grammatologie

____________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :