Pensée du 30 octobre 16

« La question des indépendances, par la médiation d’un retour aux sources pures, est une perversion de l’historialité de l’homme, vivant sur une terre qu’on appelle l’Afrique, dans la mesure où elle engendre des hommes aux consciences prisonnières de contingences érigées en absolu. On est si convaincu que le mal est ce qui est en face qu’on croit nécessaire de radicalement le détruire. On enfle ces prétentions jusqu’à les transformer en idéologie. C’est en vérité cela le sens même de l’idéologie : la prétention devenue conviction qu’il faudrait par tous les moyens imposer aux autres. L’idéologie, dans son essentialité, se distingue par deux choses : la prétention et la force qui tente de l’imposer. Et sa visibilité la plus manifeste est le nationalisme. »

Jean Gobert Tanoh, La françafrique comme perversion d’une intuition, Paris, Editions du Panthéon, 2015.

________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :