Pensée du 24 octobre 16

« Je dois reconnaître qu’entre l’économie et l’éthique je ne trace aucune frontière précise, si tant est que je fasse la distinction. Le régime économique qui va à l’encontre du progrès moral d’un individu ou d’une nation, ne peut être qu’immoral et, par conséquent, peccamineux. Il en va ainsi de tout système économique qui permet de se jeter sur un autre pays pour en faire sa proie ». « Le but à atteindre est de promouvoir le bonheur de l’homme, tout en le faisant parvenir à une complète maturité, mentale et morale. J’emploie cet adjectif ‘moral’ comme synonyme de spirituel. Pour parvenir à cette fin, il faut qu’il y ait décentralisation. Car la centralisation est un système incompatible avec une structure sociale non-violente ». « La manie de vouloir fabriquer en série est cause de la crise mondiale que nous traversons. Supposons un instant que la machine puisse subvenir à tous les besoins de l’humanité. La production se trouverait alors concentrée en certains point du globe ; tant et si bien qu’il faudrait mettre sur pied tout un circuit compliqué de distribution destiné aux besoins de la consommation. Au contraire, si chaque région produit ce dont elle a besoin, le problème de la distribution se trouve automatiquement réglé. Dans ce cas, il devient plus difficile de frauder et impossible de spéculer ».

Mahatma Gandhi, Tous les hommes sont frères, Gallimard, p. 220 sq

__________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :