Pensée du 06 octobre 16

« Pour beaucoup de chercheurs et chercheuses en sciences sociales, et particulièrement en histoire, le genre n’est rien d’autre qu’une catégorie heuristique : il désigne une opération intellectuelle, le découpage de la société en hommes et femmes, le regroupement conventionnel de qualités et symboles dits féminins et masculins. Il ne définit pas d’identités individuelles ni ce qui serait masculin ou féminin. Ce point de vue, que je défends avec beaucoup d’autres, constitue une protection méthodologique contre toute tentative d’essentialisation du genre, c’est à dire contre toute tentative de projeter sur les individus ou leurs actions des jugements définitifs construits à partir de conventions contemporaines et formulés comme étant « naturels ».

Hervé Legrand (dir.), Penser avec le genre, Paris, Artège, 2016.

_______________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :