Pensée du 09 septembre 16

« Les meilleurs hommes par manque de jugement, et les plus sages, par l’ignorance de toutes les circonstances et de toutes les conséquences secrètes d’une action, peuvent être très souvent embarrassés pour décider de leur conduite; ils ne le seraient pas, s’ils jugeaient de toute action par comparaison avec un principe particulier, plutôt que par l’examen  du bien ou du mal que, dans ce cas isolé, l’action tend à produire: car il est beaucoup plus facile de juger avec certitude si telle ou telle action est une transgression de tel ou tel précepte, plutôt que de juger, si elle s’accompagne de plus de bonne sou de mauvaises conséquences. Bref il est impossible de calculer la conjecture, cela prendrait trop de temps pour servir utilement dans la vie courante ».

George Berkeley, Obéissance passive, Aubier-Montaigne, p. 365-366

____________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :