Pensée du 22 août 16

« Une longue fermentation a abouti au mode actuel de désignation du pouvoir. L’élection censitaire au début, puis de changement en changement de Constitution, là où nous sommes parvenus aujourd’hui : l’élection du Pouvoir au suffrage universel. La vertu a-t-elle suivi le mouvement ? La vertu elle-même a évolué ! Dans les régimes de droit divin, elle était fortement influencée par les croyances religieuses de l’époque, même si certains aspects de la vie privée réussissaient à s’y soustraire. C’était un mélange d’héroïsme, venu de l’âge chevaleresque, de conscience professionnelle due à la fermeté de l’éducation, et de respect des usages et de la politesse. Certains y ajoutaient une authentique générosité de cœur. L’honnêteté n’était guère un problème en raison de l’étendue et de la confusion du patrimoine royal. C’était, par contre, une contrainte ignorée par les proches du pouvoir, qui se servaient à leur guise, et bâtissaient des fortunes scandaleuses. »

Valéry GISCARD d’ESTAING, Discours sur la vertu

______________________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :