Pensée du 08 juin 16

« Dans les dernières lignes de ses Leçons sur l’Esthétique, Hegel souligne que dans l’art, il ne s’agit pas d’un simple jeu utile ou agréable. Il est question de l’esprit se libérant du contenu et de la forme de la finitude. En l’art, il s’agit de l’esprit s’efforçant d’avoir accès à ce qu’il est en se ressouvenant de sa provenance. Qu’est-ce que la provenance sinon ce lieu de l’appartenance réciproque de l’être et de la parole ? Ce lieu où l’être s’est déjà pressé vers la parole comme son épreuve, sa propre épreuve. Si l’être comme le souligne Aristote, se dit en plusieurs façons, l’œuvre d’art n’est-il pas une modalité de se dire ? Certes, cette modalité ne saurait épuiser l’être. En elle, l’esprit est seulement intuitionné. Il n’est pas appréhendé en tant que ce qui se pose soi-même et est le mouvement de son propre poser. L’esprit n’est pas encore saisi en tant que la substance qui est aussi sujet, c’est-à-dire en infinie médiation de soi. Ici ne se trouve-t-il pas la limite de l’art ? »

Kouadio Augustin DIBI, Esthétique : la question du beau (Cours inédit)

______________________________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :