Pensée du 15 mai 16

« On sait comment Hegel envisageait sa propre philosophie : pour lui, cette philosophie ne devait pas être considérée (ainsi que l’avait été celle de ses prédécesseurs, de Descartes à Fichte) comme une étape, une phase de l’évolution, sur la voie suivie par l’histoire de la philosophie, en marche vers on ne sait quel but ; pour lui cette philosophie, réunissant en elle et abolissant du même coup toutes les conceptions antérieures, représentait la conclusion définitive de cette histoire… L’autre grandeur de la philosophie de Hegel réside dans le fait qu’elle n’apparaît pas comme la découverte fortuite d’un individu isolé mais qu’elle est devenue la voix puissante et impressionnante de toute une époque, la voix de l’homme moderne… »

Karl BARTH, Hegel, Cahiers théologiques 38, p. 7 et 22.

________________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :