Pensée du 10 mai 16

« Interroger la condition de la femme en Afrique subsaharienne revient finalement à examiner le rapport de l’Africain aux structures ancestrales et contemporaines, sa disposition et son rôle dans le fonctionnement général de la société, c’est-à-dire des causalités tant internes qu’externes, tant anciennes que contemporaines. En définitive, la société africaine, son histoire, ses diverses évolutions et ses manquements s’imbriquent dans cet objet d’étude ; c’est-à-dire qu’un tel projet devient un moyen efficace pour interroger la société dans son ensemble. »

Calvin Thomas Djombe, Cultures viriles et identités féminines. Essai sur le genre en Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan, 2012.

__________________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :