Pensée du 02 avril 16

« L’homme rend témoignage à la vérité connue. La connaissance a pour effet de le faire devenir témoin de la vérité. En même temps l’homme, précisément en fonction de la potentialité cognitive qui lui est propre, est libre. La liberté de la volonté suppose la capacité de connaître la vérité en ce qui concerne le bien. Sans connaître la vérité concernant le bien l’homme serait en proie à de multiples contraintes psychologiques, dans une vie dictée par les instincts. Il ne serait pas libre (tout comme les animaux inférieurs à lui ne le sont pas) et ne serait pas capable de liberté. Il pourrait même ne pas savoir qu’il est libre, considérant telle ou telle contrainte comme étant la liberté. La véritable liberté est étroitement et organiquement liée à la vérité, la vérité constitue l’origine de la liberté. Ce n’est qu’à travers la référence à la vérité que l’homme peut décider de lui-même, peut également choisir parmi les biens qu’il est amené à connaître (les valeurs), et qu’il peut enfin opter pour le bien ou le mal. Cela constitue la substance même de l’ethos humain. »

« L’inculturation, substance de la théologie », Au Congrès de  théologie, 1991.

________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :