Pensée du 24 mars 16

« Il n’est pas question de refuser purement et simplement qu’il y ait progrès dans tel ou tel domaine. Le passage d’un outil à un autre plus perfectionné dans un domaine est progrès. De la même manière, il est aisé de montrer qu’il y a un progrès dans les sciences physiques, ou chimiques, ou mathématiques. Mais ce qui est à récuser, c’est l’idée qu’un progrès dans un certain domaine serait la garantie d’un progrès global. C’est l’erreur grave commise par Marx. Il constate que le capitalisme a accompli un progrès industriel, qui améliore les produits, les machines, qui ne cessent, selon ses propres formules, de se révolutionner elles-mêmes. Mais ce progrès est freiné par la structure d’exploitation propre au capitalisme. Dans la mesure où il pense que l’infrastructure des modes de production est déterminante, il en infère que, si l’industrie cesse d’être freinée, elle va entraîner un progrès global de l’humanité. Voilà l’erreur ».

François Châtelet, Une histoire de la raison, p. 220-221.

_____________________________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :