Pensée du 22 janvier 16

« Loin de mon cœur, loin du cœur de votre serviteur qui se confesse à vous, Seigneur, la pensée de trouver le bonheur dans n’importe quelle joie ! Car il est une joie qui n’est pas donnée aux impies, mais à ceux qui vous servent de façon désintéressée : c’est vous-même qui êtes cette joie. C’est cela le bonheur ! Se réjouir de vous, pour vous, à cause de vous ; c’est cela et il n’y en a point d’autre. Ceux qui se figurent qu’il y a en a une autre s’attachent à une joie qui n’est pas la vraie. Pourtant, il y a toujours une image dont leur volonté ne se détourne pas.»

S. AUGUSTIN, Les confessions, trad. J. TRABUCCO,  Paris, Garnier-Flammarion, 1964, p. 226.

____________________________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :