Pensée du 09 novembre 15

« Je hais la manière dont le nom de l’amitié est prostitué et en vient à désigner des alliances à la mode entre gens du monde. Je préfère de loin la compagnie des valets de charrue et des étameurs au parfum d’une amitié en habit de soie, quand les amis célèbrent leur rencontre en rivalisant de frivolité et occupent les journées qu’ils passent ensemble à se promener en calèche et à dîner dans les meilleures tavernes. L’amitié a pour finalité le commerce le plus absolu et le plus simple que l’on puisse entretenir, plus absolu que tous ceux que nous avons connus. Elle est une aide et un réconfort dans tous nos rapports avec la vie et la mort. Elle est faite pour les jours sereins, les cadeaux élégants et les promenades à la campagne, mais aussi pour les chemins accidentés et les trajets difficiles, les naufrages, la pauvreté et les persécutions. Elle accompagne les saillies de l’esprit et les transes de la religion. Chacun des amis doit exalter les besoins ordinaires et les offices quotidiens qui font la vie d’un homme et l’embellir par le courage, la sagesse et l’union. Jamais l’amitié ne devrait devenir chose habituelle et régulière, mais elle devrait toujours rester inventive et vivace et ajouter des rimes et de la raison à ce qui jusque-là n’était que corvée. »

Ralph Waldo Emerson, L’amitié

_________________________________________________________________________

One response to this post.

  1. Magnifique ! Merci !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :