Pensée du 10 septembre 15

« Pendant longtemps, le débat philosophique en Afrique a été polarisé autourde la question de l’existence ou de la non-existence d’une «philosophie africaine »: existe-t-il une philosophie africaine? Si oui, est-elle systématique? Question superflue et métaphysique ont dit les uns, question idéologique et identitaire ont clamé les autres. Le débat portait également sur son statut théorique par rapport aux autres formes de pensées, particulièrement à la pensée ethnologique. La rédaction par le missionnaire belge Placide Tempels en 1945, c’est-à-dire en pleine décomposition de l’idéologie fasciste, d’unouvrage qui paraîtra en 1948 sous le titre La Philosophie bantoue, inaugurera,sur le terrain de la philosophie, le débat contemporain relatif à l’identité noire, à la suite des débats politiques engagés sur la négritude dix années auparavant par des écrivains africains, africains-américains et antillais. Tempels emprunte une méthode apparemment simple. Elle consiste à «postuler, chercher et trouver, comme ultime fondement d’un comportement humain logique et universel, une pensée humaine logique. Point de comportement vital, écrivait-il, sans un sens de la vie; point de volonté de vie sans concept vital; point de constante pratique rédemptrice sans philosophie du salut.«

ABEL KOUVOUAMA, « Philosophie et politique en Afrique », in Politique africaine n° 77 – mars 2000, p. 7-8.

________________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :