Pensée du 15 juin 15

« Quelque inclination qu’on puisse éprouver pour autrui, ou qu’on s’imagine éprouver, aucun sentiment n’est et ne peut être désintéressé : la plus généreuse amitié, malgré sa sincérité, est une modification de l’amour de soi , même à notre insu, nous cherchons uniquement notre propre avantage au moment où nous paraissons le plus profondément engagés en des plans pour la liberté et le bonheur de l’humanité. Par un tour de notre imagination, par une subtilité de notre réflexion, par un enthousiasme passionné, nous semblons prendre part aux intérêts d’autrui et nous nous imaginons dégagés de toute considération égoïste, mais au fond, le plus généreux patriote et l’avare le plus chiche, le héros le plus courageux et le poltron le plus misérable ont, dans toutes leurs actions, un souci égal de leur propre bonheur et de leur propre bien-être. »

D. Hume

_____________________________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :