Pensée du 21 avril 15

« La valeur authentique de l’imagination ne concerne pas seulement le passé, mais aussi le futur : les formes de la liberté et du bonheur qu’elle évoque tendent à libérer la réalité historique. C’est dans son refus d’accepter comme définitives les limitations imposées à la liberté et au bonheur par le principe de réalité, dans son refus d’oublier ce qui peut être que réside la fonction critique de l’imagination.  » Réduire l’imagination à l’esclavage, quand bien même il y irait de ce qu’on appelle grossièrement le bonheur, c’est se dérober à tout ce qu’on trouve au fond de soi de justice suprême. La seule imagination me rend compte de ce qui peut être.  » Les surréalistes ont reconnu les implications révolutionnaires des découvertes de Freud.  » L’imagination est peut-être sur le point de revendiquer ses droits.  » Mais lorsqu’ils demandèrent :  » Le rêve ne peut-il pas aussi s’appliquer à la solution des problèmes fondamentaux de la vie ? « , ils allèrent au-delà de la psychanalyse en exigeant que le rêve se transforme en réalité sans compromettre son contenu. L’art s’est allié avec la révolution. Une adhésion sans compromis à la stricte vérité de l’imagination appréhende la réalité plus totalement. »

Herbert Marcuse, Eros et civilisation

_____________________________________________________________________________________________

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :