Pensée du 30 mai 14

« La psychologie est une discipline qui prétend être positive, c’est-à-dire qu’elle veut tirer ses ressources de l’expérience exclusivement. Nous ne sommes plus, certes, au temps des associationnistes et les psychologues contemporains ne se défendent pas d’interroger et d’interpréter. Mais ils veulent être en face de leur objet comme le physicien en face du sien. Encore faut-il limiter ce concept d’expérience, lorsqu’on parle de la psychologie contemporaine, car il peut y avoir, en somme, une foule d’expériences diverses et, par exemple, on peut avoir à décider s’il existe ou non une expérience des essences ou des valeurs ou une expérience religieuse. Le psychologue n’entend utiliser que deux types d’expérience bien définis : celle que nous livre la perception spatio-temporelle des corps organisés, et cette connaissance intuitive de nous-mêmes qu’on nomme expérience réflexive. S’il existe entre les psychologues des débats de méthode, ils portent presque uniquement sur le problème suivant: ces deux types d’information sont-ils complémentaires ? doit-on subordonner l’un à l’autre ? ou faut-il écarter résolument l’un d’eux ? Mais ils sont d’accord sur un principe essentiel : leur enquête doit partir avant tout des faits. »

Jean-Paul Sartre, Esquisse d’une théorie des émotions,Paris, Hermann, 1995.

_____________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :